Tour des quartiers Nord-Est

Voici, avec quelques semaines de retard, le récit d’une de mes premières virées en ville. Entre la recherche de logement, la paperasse et le début du boulot, je n’ai pas eu l’occasion de consacrer du temps au blog. J’ai en revanche fait le plein d’histoires à raconter et celles-ci ne tarderont pas à suivre. En attendant, enfilez vos baskets et accrochez-vous pour la visite des quartiers les plus touristiques de la ville!

Cette promenade nous emmène de South Beach à North Beach le long de l’Embarcadero, puis nous fait découvrir la verticalité des rues de Telegraph Hill avant de redescendre sur Market Street via Powell Street en passant par Chinatown.

Ballade dans le Nord-Est
Un plan de la visite pour vous permettre de vous y retrouver.

Embarcadero

Nous commençons au niveau du stade de baseball AT&T Park, maison des Giants de San Francisco. L’imposant bâtiment se situe juste au bord de la baie ce qui a deux effets majeurs: Le premier purement esthétique donne un charme particulier au stade, le second est qu’il n’est pas rare de voir des balles finir dans la baie et des gens se battre pour les récupérer. La vidéo suivante illustre à merveille ces deux points (ce n’est pas moi qui l’ai filmée).

Le stade marque le début de l’Embarcadero sur lequel nous poursuivons notre ballade. La première chose que l’on aperçoit est le pan ouest du San Francisco-Oakland Bay Bridge, le pont reliant San Francisco à Oakland en passant par Yerba Buena Island. Nous pouvons uniquement voir la partie San Francisco-Yerba Buena, l’autre étant trop loin et cachée par l’île. Ce pont est tout simplement monstrueux: 240 000 véhicules empruntent chaque jour ses deux routes superposées à 5 voies chacune; La route est suspendue à 67 mètres de haut, soit l’équivalent d’un immeuble de 20 étages, laissant voie libre à de gigantesques porte conteneurs en provenance du Pacifique.

Un peu plus loin nous arrivons au niveau du Ferry Building, l’endroit où les ferry accostent, mais aussi haut lieu touristique. Nombres de personnes travaillant à San Francisco habitent d’autres villes de la région de la baie afin d’échapper aux prix indécents du logement et utilisent le ferry pour venir travailler. Trois fois par semaine, la place en face du bâtiment donne lieu à un marché. On y trouve des produits frais, fruits, légumes et poisson, ainsi que de nombreux produits detox, sans gluten, sans OGM, vegan, etc… Reflet de l’état d’esprit d’une ville qui se veut à la pointe du bien être corporel.

Nous remontons maintenant l’Embarcadero vers le Nord, profitant de chaque jetée pour prendre du recul par rapport à la ville et admirer la vue à 360°. Les jetées (pier en anglais) sont numérotées. Chacune a un aspect et une fonction complètement différents, donnant ainsi tout son charme à cette ballade. Pier 7 par exemple est un simple ponton en bois s’avançant dans la baie, depuis lequel on peut admirer la ligne d’horizon dessinée par les gratte-ciel du quartier financier. Nous arrivons finalement au Pier 39, véritable parc d’attractions dans la ville, on se croirait à Europapark, tant à cause de la richesse du décor que de la densité de touristes.

Telegraph Hill

Changeons maintenant de cap en direction du Sud, nous empruntons Stockton Street, puis Lombard Street. Et ça monte! Lombard street est dite la rue la plus pentue du monde. Une portion de cette rue a dû être tracée en lacet tellement la pente devenait intense. Nous ne passeront pas par cet endroit exact, situé à 1km à l’Est car nous nous avançons de quelques blocs vers l’Ouest en direction de Telegraph Hill. Arrivé au sommet, nous nous trouvons au pied de coït tower et pouvons profiter d’une vue sur la baie partiellement obstruée par la végétation.

Powell Street

Nous redescendons maintenant pour la dernière partie de notre ballade: Powell Street et Chinatown. Fait intéressant, on découvre que l’Italie et la Chine ont en fait une frontière commune: Elle s’appelle Colombus Avenue et se trouve en plein cœur de San Francisco. D’un côté de la rue on voit des restaurant italiens et autres pizzerias, de l’autre on se croirait en Chine. Nous continuons sur quelques blocs pour rejoindre Powell Street.

Particularité de cette rue: le fameux cable car. Relique d’un ancien temps sauvée par le revenu généré par un flot incessant de touristes, le cable car est l’emblème de San Francisco. Il s’agit en fait d’un wagon tracté par un câble passant sous la route à la façon d’un télésiège. Un ou deux opérateurs à bord manipulent les leviers de commandes qui permettent d’embrayer et de freiner. La route émet un bruit continu tandis que le câble circule dans le sol.

Au bout de Powell Street, nous arrivons à destination, Market Street. Un prêcheur de rue distribue la bonne parole tandis qu’on aperçoit un homme avec une pancarte « Jesus loves you » devant le centre commercial Westfield.

 

Ainsi s’achève cette petite marche d’exactement 5 miles (8 km, non je ne me suis pas encore fait aux unités impériales je vous rassure). Ce tour ne couvre qu’une petite partie des richesses qu’offre la ville et il est impressionnant de constater la quantité de choses à visiter à San Francisco, et ce sans compter le reste de la région de la baie!
Je vais donc avoir de quoi m’occuper ces prochains mois en termes de visites et je tenterai de vous en restituer le plus possible.

A bientôt!

Laisser un commentaire