La quête du logement

Il est grand temps que je vous fasse part de mon expérience concernant la recherche de logement à San Francisco!
Dire que l’immobilier en ville relève de la folie serait exagérer la définition de folie. La demande écrase l’offre ici comme dans peu d’autres endroits au monde et si vous n’avez pas envie de claquer plus de la moitié de votre paie uniquement dans le loyer1)Quand je dis dépenser « la moitié de votre paie », c’est si vous travaillez dans les nouvelles technologies. Sinon, comptez « un bon salaire minimum ». Malgré un taux horaire minimum gonflé, personne ne peut vivre dignement en ville en touchant le salaire minimum., c’est le parcours du combatant qui vous attend.

Cet homme est à la recherche d'un logement à SF depuis deux semaines.
Individu à la recherche d’un logement à San Francisco.

La recherche du Saint Graal

Trouver un logement à San Francisco n’est pas une mince affaire. La collocation commence aux alentours de $1200 par mois pour une chambre partagée, comptez $1700 minimum pour une chambre privée en coloc. On trouve aussi des moitiés de salon pour $800 (le salon est séparé par un simple rideau vous offrant ainsi un espace plus ou moins privé) que les habitants louent pour alléger leur propre loyer. Alors que le niveau de vie de la ville est assez élevé (nourriture saine, activités, sports, évènements, …), pour ceux qui ont peu d’argent San Francisco s’apparente plus au tiers monde.

Sur une trentaine de mails envoyés, […] je n’ai pu visiter que 3 appartements.

Pour vos recherches, il faudra vous armer de Facebook, Craigslist et d’une patience sans limites. Sur Facebook, il faut trouver des groupes sur lesquels les utilisateurs postent des annonces. Certains groupes sont entièrement remplis de spams (les annoncent redirigent vers un site externe bidon), certains sont entièrement remplis de demandes de logement au lieu d’offres et enfin beaucoup sont une combinaison des deux avec parfois quelques offres légitimes. L’avantage avec Facebook c’est qu’on peut recevoir des notifications quand quelque chose de neuf est posté et directement commencer une discussion avec l’auteur de l’offre.

Craigslist est un site de petites annonces généraliste, pensez leboncoin pour les américains. Offres d’emploi, instruments de musique, matériel industriel, logement, voitures, vélo, services, amants, événements; Tout est à vendre sur Craigslist. Malgré sa mauvaise réputation due à une abondance de faux et d’arnaques, le site reste la référence dans la région pour l’achat/vente/location entre particuliers. Dans la catégorie logement on trouve de tout: De l’appartement luxueux à seulement $1000 au cagibi à $2000, que ce soit dans un building flambant neuf, dans un studio individuel, une communauté hippie ou chez l’habitant. On se rend alors rapidement compte qu’une bonne moitié si ce n’est deux tiers des offres sont des arnaques, dans ce qui reste il faut s’estimer heureux si le taux de réponse est de l’ordre d’un tiers et enfin parmi ceux qui répondent, seule une faible moitié a une chance d’aboutir à une visite. Pour vous donner une idée: Sur une trentaine de mails envoyés, j’ai obtenu moins d’une dizaine de réponses dont la moitié se sont avérées être des arnaques. Avec celles qui restaient je n’ai pu visiter que 3 appartements avant d’obtenir enfin une offre (qu’il faut saisir immédiatement: Il n’y a pas de « je vous donne une réponse demain » qui tienne; Demain c’est déjà pris).

Pour moi, le processus complet aura duré trois bonnes semaines. Notez que si vous êtes du sexe féminin, les choses semblent plus faciles. En effet, un bon tiers des annonces légitimes s’adressent uniquement aux filles et sont généralement disponibles à des prix plus intéressants.

Welcome to Treasure Island!

Il y a des gens qui habitent là bas ?

C’est à travers Craigslist que je suis tombé sur une annonce atypique. En effet, la première réaction quand vous annoncez à quelqu’un que vous habitez sur Treasure Island est: « Ah bon, il y a des gens qui habitent là bas ? ». Eh bien oui, à une traversée de pont du centre économique de la ville se trouve une île artificielle dont la densité de population comme le loyer sont tous deux étrangement faibles.

Ma maison sur Treasure Island

Cette bande de terre trouve son origine dans des hauts fonds qui occupaient autrefois la place au nord de l’île naturelle Yerba Buena Island. Jugés trop dangereux pour les bateaux de commerces, ils furent recouverts de 260 000 tonnes de rocs entre 1937 et 1939 faisant émerger une surface de 2 km².
Treasure Island accueillit d’abord des pavillons pour l’exposition internationale avant de devenir une base militaire à partir de 1941. Cette base militaire semble avoir servi, entre autres, à accueillir les soldats revenant d’essais nucléaires dans le pacifique et à l’entrainement aux situations de guerre nucléaire. L’île fût décontaminée par l’armée avant d’être revendue à la ville de San Francisco dans les années 90 lors d’un processus flou qui refait encore surface dans les médias de temps en temps.
Mais aux Etats-Unis l’argent ne dort jamais et comme en attestent les bus de touristes qui se déversent quotidiennement sur l’île pour admirer la ligne d’horizon de San Francisco, Treasure Island est littéralement une l’île au trésor pour les promoteurs immobilier. Les travaux ont déjà commencé avec la démolition d’anciens bâtiments qui laisseront place à des gratte-ciel dans les années à venir. Ah, et ai-je oublié de mentionner que l’ensemble de l’île est sujette à un risque maximum de liquéfaction du sol ?

Hormis une supérette une cave à vins et un bar, il n’y a pas grand chose sur place. L’île accueille un festival de musique une fois par an et un marché chaque dernier week-end du mois. Les maisons sont accolées par groupe de quatre dans un arrangement typique du suburb à l’américaine. Fait intéressant, de nombreux tournages ont eu lieu sur cette île. C’est notamment dans l’un de ces hangars qu’a été tourné le bullet time de Matrix.

Ma maison

Je suis donc installé sur Treasure Island, dans une maison qui comprend 4 chambres, 2 salles de bains, une cuisine + salle à manger, une buanderie, un salon en deux pièces et un jardin. J’occupe une chambre spacieuse, je partage les autres pièces avec mes trois colocs et je paie moins cher que pour un cagibis en ville!
Non seulement j’ai eu de la chance au niveau de l’emplacement, mais je suis aussi tombé sur de super colocataires! Ahmad, le détenteur du bail, travaille en tant que développeur chez Autodesk à quelques blocs de AppDynamics. Il est d’originaire du Bangladesh mais a grandit à Los Angeles. Anna et Koko viennent du Japon et étudient l’anglais à San Francisco. Elles ont rejoint la colocation quelques semaines après moi. Nous louons l’une des chambres par Airbnb ce qui nous donne l’occasion de rencontrer des voyageurs des quatre coins du monde. D’ailleurs, notre colocation porte officieusement le nom de United Nations.
Le mix culturel que constitue cette maison représente tout à fait ce à quoi on peut s’attendre à San Francisco: Ici des gens viennent du monde entier pour apprendre, enseigner, travailler, s’amuser et créer un monde progressiste, ouvert sur les autres.

Giants game!
Anna, Ahmad et moi à un match de baseball des SF Giants.

Notes   [ + ]

1. Quand je dis dépenser « la moitié de votre paie », c’est si vous travaillez dans les nouvelles technologies. Sinon, comptez « un bon salaire minimum ». Malgré un taux horaire minimum gonflé, personne ne peut vivre dignement en ville en touchant le salaire minimum.

1 Commentaire

  1. laurence dit : Répondre

    entre les radiations nucléaires et le sol qui s’enfonce, pas étonnant qu’aucun Yankee n’imagine habiter ce polder…!

Laisser un commentaire